Mature ou pas ?

by

La problématique du jeu mature est un des thèmes les plus récurrents dans les débats entre joueurs qui fleurissent ici et là sur tel ou tel forum. Grande question, vaste problème. Que l’on lise un article, des commentaires après un test ou encore des échanges sur  topic de forum, on retrouve bien souvent cette question du jeu « adulte ». Certains se déchirent pour avoir le dernier mot permettant de poser le fameux sceau  sur le jeu qu’ils défendent, d’autres cherchent au contraire à décrédibiliser tel ou tel titre justement par rapport à ce critère. Tout cela est bien beau mais ne dit pas ce qu’est, par définition, un jeu mature. Je vais donc tenter d’y répondre.

tete

Les neurones vont chauffer !

I)                   Des conceptions variées

Alors oui, moi-même je me pose la question. A quoi voit-ton qu’un jeu est mature ou non ? Honnêtement, je trouve la question bien plus difficile et casse-gueule qu’elle n’y paraît. Voyons dans un premier temps les réponses glanées sur les forums et tout un tas de sites. On peut lire, par exemple, qu’un jeu est mature s’il ne propose pas un cadre enfantin. On a là une définition par l’inverse, par son contraire. Autrement dit, dans l’esprit de beaucoup de gens, un univers se rapprochant du conte avec un bestiaire connu et des princesses, princes, petit chaperon rouge et compagnie. C’est une première erreur, on peut très bien découvrir un cadre naïf et mignon d’un premier abord mais qui au final amène des scènes atroces et des morales pas forcément consensuelles. Il suffit de relire les contes de Grimm ou Perrault (Les Disney n’en sont que des versions édulcorées) pour relever des morales parfois machistes, des morts douloureuses et violentes. Bref, autant d’éléments qui semblent classer ces productions dans un domaine plus mature que l’inverse. Par ces exceptions, qui fonctionnent également dans les jeux vidéo, il est clair que ce critère n’est pas suffisant pour discriminer les jeux par rapport à leur caractère mature ou non. Le cadre ne suffit pas et est parfois trompeur.

D’autres affirmeront qu’un  jeu est mature lorsqu’il nous offre le grand triptyque de la maturité : du cul, du sang et des morts. Je suis bien d’accord que des jeux comportant des scènes de fusillades avec giclées de sang à foison, des filles dénudées avec loches débordantes et cuisses fermes ne sont pas à mettre entre les mains de n’importe quel bambin. C’est un fait, mais est-ce pour autant suffisant pour mériter l’appellation « mature ». La question me semble un brin plus complexe.

d367a8e4273a653c20f840b4413c2435

"Je vais te montrer si je suis un conte pour gosses moi !"

II)                La loi comme point de départ

En fait, si l’on veut prendre un point de départ à cette réflexion, stable et non bancal comme les conceptions évoquées plus haut, il conviendrait de partir des classifications que connaît le jeu vidéo. Pour l’Europe, on parle des PEGI, un classement des jeux par âge (comme au cinéma). A partir de là, si je prends un jeu « + 18 » il est nécessairement mature puisqu’il décroche une classification haute et que selon notre pays, où la majorité est fixée à 18 ans, ce jeu demande donc à ce que le joueur soit un adulte (du point de vue de la loi, on me comprend).

C’est un préambule, certes, mais une fois de plus faut-il considérer ou non le sexe et la violence comme les deux mamelles du jeu mature, les deux routes à suivre pour atteindre le Graal ? Pour ma part, je pense que c’est aller un peu vite en besogne que de croire cela. Des qu’on aperçoit un jeu qui tranche et compagnie, on pourra lire des commentaires enthousiastes sur l’aspect mature, adulte (pas par rapport à la loi) du jeu.

40243786c585d478af7dc2e69e249

De la bidoche oui ! Du mature, plus ou moins...

III)             La surface et le fond

Je ne nie pas que les éléments cités ci-dessus ne soient pas des composantes du jeu mature mais pour moi elles ne suffisent tout simplement pas à faire d’un jeu un titre véritablement adulte. En fait, je crois qu’il est nécessaire de distinguer le jeu « adulte » de surface du jeu véritablement « adulte ». Je m’explique.

On peut citer un tas de jeux nous proposant de découper des zombis dans un supermarché ou encore des jeux de shoot où il faut descendre des militaires au Japon, j’en passe et des meilleures. La plupart de ces jeux, au fond, ne sont « matures » que par rapport à leur esthétique. Ils proposent des éléments qui du point de vue de la loi ne sont pas visibles par tous et se destinent donc à une certaine catégorie de personnes, mais tout s’arrête là.

928326_20060922_screen001

Zombiii de meeerrrdddeee !

Un jeu mature ne doit pas, selon moi, se réduire à une simple esthétique, des actions dures comme tuer quelqu’un, le savater, etc. Disons que ça ne suffit pas, sauf si on décide de rester dans la première qualification que j’ai cité plus haut, tout en surface. Le problème donc est que beaucoup de jeux sur consoles se font passer pour des jeux « matures », ou sont vus comme tel par les joueurs, alors qu’ils n’offrent au final que des images choquantes et restent en surface comme un magasine tirant sur le sensationnel avec des photos parfois répugnantes mais accrocheuses.

IV)             Le vrai jeu mature

Un jeu est véritablement mature s’il accompagne ses prestations visuelles d’un propos, d’idées, de réflexions. Un jeu peut être mature en proposant de tuer des gens, en amenant du sexe etc…mais jamais gratuitement, jamais avec comme trame un scénario léger dont la richesse des lectures possibles montre vite ses limites, jamais avec des personnages qui ne dépassent pas le stade du stéréotype. Le jeu mature peut s’appuyer sur les mécaniques décrites plus haut, plus ou moins, mais là n’est pas sa finalité contrairement à la grande partie des jeux se considérant comme adultes.

Si l’on prend l’exemple des jeux point and click, on se rendra rapidement compte de ce qu’est un jeu mature. Tous ne le sont pas mais certains montrent clairement la voie à suivre. L’article que j’ai rédigé sur Dracula 3 : la voie du dragon en est un exemple mais même sur des jeux de moindre envergure comme un Martin Mystère (pas issu du dessin animé mais de la BD) on peut y trouver la thématique de la mort avec sa portée philosophique et son appréhension par l’homme selon l’âge, ses angoisses etc…Un traitement qui n’a rien de superficiel, qui est loin des clichés et autres limites des productions adolescentes.

copyrighter_dracula-d3_cage

J'hésite entre t'aplatir la gueule et ma foi de catholique...

Le jeu mature va nous toucher par son propos, sa narration, ses personnages, par n’importe quel moyen au fond. Seulement, il n’est pas là uniquement pour nous faire sursauter, peur, mettre la pression, mais pour nous bouleverser, nous amener à réfléchir sur certaines choses voire sur nous-mêmes, provoquer des émotions plus riches, plus profondes. On dépasse le cadre de l’émotion rapide, directe pour rentrer dans le cadre de la réflexion d’une certaine manière, au sens large. Le problème des jeux qu’on nous présente comme matures, c’est que la plupart du temps ils produiront sur nous de simples stimuli jouissifs et bien vus mais jamais de véritables impacts marquant notre conscience, notre personne. On ne nous touche qu’en surface. Le temps du jeu, un point c’est tout.

Pourtant tout cela est possible, sur consoles et sur PC. Un jeu comme Mass Effect a déclenché en moi un véritable sentiment de honte et de culpabilité lors de l’abandon d’un de mes coéquipiers. Je jouais normalement et quand le choix se posa à moi de sauver ou non cette personne je pris la chose un peu à la légère et abandonna la personne lui promettant de revenir (ce qui était un mensonge), seulement le soft eut l’intelligence de provoquer en moi un sentiment fort par l’utilisation de dialogues et d’une mise en scène maîtrisée.

V)                Le joueur comme élément essentiel

Il faut donc bien distinguer les jeux adultes de surface et ceux, véritablement matures, qui se lancent plus dans une approche de fond et un travail minutieux et intelligent dépassant le cadre de la réaction immédiate.

Un dernier élément se doit d’être évoqué, c’est tout simplement le joueur. Il y a bien une distinction à faire, une analyse pour reconnaître les jeux qui en sont de ceux qui n’en sont pas. Mais cela n’est pas suffisant dans l’absolu, si le joueur ne perçoit rien d’autre que ce que le jeu lui propose de manière purement explicite et basique, le premier plan en quelque sorte, toute la couleur du jeu (mature donc) tombe à l’eau.

Vous pouvez très bien proposer un jeu mature à un joueur un brin limité, il ne verra pas en quoi le jeu est riche et adulte. Il réduira le soft à des actions et des moments explicites, ne reflétant au fond que la phase « jeu » du titre. Certains titres sont clairement matures, d’autres ne semblent pas appartenir à cette catégorie et pourtant un regard aiguisé et initié surtout saura voir en ce soft cette qualité. Par exemple, avec un jeu comme GTA IV beaucoup le réduiront au simple défouloir et à l’histoire d’un petit gars gravitant dans la pyramide du crime et des boulots illégaux tandis que d’autres percevront en plus de cela un traitement du pardon, de la fatalité et de la vengeance assez intéressant et loin de se cantonner à une approche « adolescente ».

niko-bellic-gta4-mahmoud-ahmadinejad-iran-president

Le scoop !

C’est bien le joueur qui permet au titre d’exister, d’une certaine façon, comme un jeu adulte. Sinon c’est la réduction assurée, tout l’intérêt du titre, son sel nous échappe. C’est comme donner un livre de Balzac à un lecteur médiocre, montrer un Kitano dans sa période intimiste à un cinéphile médiocre lui aussi. Il ne verra rien ou plutôt il passera à côté de l’essentiel réduisant le livre, le livre à un résumé basique frôlant les pâquerettes. Au fond, ce que je cherche à dire, c’est que l’initiation même dans les jeux vidéo est un élément important. Elle permet d’affuter son regard et d’analyser à juste titre certains jeux (dans le cadre du raisonnable bien évidemment). Il est donc important d’effectuer cette démarche d’initiation sinon vous vous retrouverez dans la peau du lecteur médiocre lisant LEtranger de Camus et ne voyant rien d’autre qu’un type allant assister à l’enterrement de sa mère. Comme un cheval avec ses ornières, votre regard sera forcément bridé.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 Réponses to “Mature ou pas ?”

  1. Affli Says:

    La maturité des jeux vidéos restent quand même très limité, hein. Et puis, pour ma part, je joue pour me détendre, pas pour analyser un pensum faiblard sur la vengeance.

    Le nivellement général de notre culture ne semble pas propice à une maturation de ce nouveau média, et c’est tant mieux.

    Love.

  2. alfoux Says:

    Pour voir la maturité il faut deux choses : jouer aux jeux qui développent ce que j’appelle un aspect vraiment adulte et ensuite un regard pouvant déceler cela. De plus, la réflexion, et le retour sur une oeuvre, est quelque chose qui se fait en général après le contact direct avec elle. C’est comme lorsque je vois un film, j’en dégage ton l’intérêt et l’intelligence après son visionnement (je pense, premier exemple qui me vient, à Hana-Bi qui est un film qui prend ton son éclat après un retour au calme à le décortiquer).

    Après le nivellement général est un fait, il suffit de regarder les productions cinématographiques ou les livres qui sortent en France (pour prendre un cadre local), beaucoup d’appelés et peu d’élus. Seulement le jeu vidéo est assez loin d’un tel niveau quand il s’en donne les moyens. Je mentionne souvent le Kheops Studio, il y a également Frogwares qui sont tous les deux des studios de qualité.

    Enfin, libre à chacun, et donc à toi Affli, de passer outre tout cela. Ca n’a rien de grave au fond, on prend lire un Zola en prenant du plaisir mais sans dégager l’idéologie et les critiques du bonhomme. C’est selon.

  3. Mrporing Says:

    Ça me fais rire, de lire tes articles (sauf sur celui du cosplay). Tu aborde tellement tout d’une façon arrogante, quasiment comme si tu était au dessus de tout. Si tu t’amuse à analyser certains phénomènes, moi je m’amuse à décortiquer ta personne. Après la lecture de 2 de tes articles, voici comment je t’imagine : Le genre de garçon (t’es bien ça? un garçon? Sinon change tout et met le au féminin, c’pas compliqué) qui a été haïs durant son enfance (le voilà le refoulement qui ressort lorsqu’on a un tant sois peu de pouvoir -ici, celui d’imposer ta vision des choses. Je vous rappelle que tout est relatifs qu’ils disent). Tu m’apparait comme le genre d’individu qui est arrogant, qui croit tout savoir <— c'étaient les sophistes, eux, dans le temps. À te lire, on pourrait presque croire que tu a étudier en psychologie pour te permettre des tels essais, est-ce que je me trompe?
    Enfin, comme je peux pas avoir de réponse immédiatement, j'vais passer à autre chose.
    Qu'est-ce qu'un jeu adulte? Il faut différencier les jeux de surface et les vrai jeux d'adultes? Excuse moi mais je ne comprend pas la raison de cet article… un espèce de conflit de fierté? ''Moi je joue à des VRAI jeux d'adulte, des jeux profonds.'' Tout ça pour en venir où? D'accord, je comprend que ta petite personne veuille de séparé du lot en disant '' regardez moi, je pense plus profond que vous''. C'est ce qu'Anaximandre à fait à son maître Thalès en lui mettant au nez l'Apeiron qui était elle même très peu poussé comme philosophie. Je disait que je comprend ton besoin de ressortir du lot. Mais si c'est pour dire des choses qui ne mènes à rien, alors pourquoi continuer? On ne change pas une recette gagnante… mais ici elle n'est pas gagnante. Cet essais sur les jeu vidéo adultes ne mène a rien. De un, elle banalise les vrais choses considéré adulte : Pornographie, Violence extrême et je ne parle pas de ce jeu où il faut tuer des zombie pendant 48 heures, non, encore plus extrême que ça. Et si toi ça te fais te bidonner voir une tête arraché de son corps, c'est bien parce que tu en est un, adulte. Dois-je te le rappeler? Plutôt que de les appeler de vrais jeux adultes, les jeux comme Mass Effect, on devrait plutôt les classer psychologique…. mais encore, c'est sous une perspective où tout le monde s'arrête après un jeu et se dis : ''Ho mon dieu! J'aurais pas du le tuer… et si se zombie aurait comme malencontreusement, par un bug, décidé de me défendre et de manger les autres zombies? Oh! Je suis vraiment horrible…''

    En gros, on s'en balance de TA différence entre les jeux adultes. T'es bien le seul a te poser des questions existentielles sur un jeu virtuel… très ironique comme situation…

  4. alfoux Says:

    Pour te répondre Mrporing, j’ai envie de te dire, en guise de préambule, que te lire est très désagréable. Tu rédiges des pavés, pavés portugais car mal espacés, et en plus bourrés de fautes. Bref, un petit effort de ton côté me ferait le plus grand bien (aux autres également).

    Oui je suis un garçon. J’ai passé une belle enfance, aucun problème à ce niveau-là (raté). Je ne suis pas un sophiste, je ne les aime pas au passage, et je ne prétends pas tout savoir (encore raté). Je propose des lectures de phénomènes. C’est tout. La vérité est une marotte pour les adolescents disait Cioran. Je n’ai pas étudié en psychologie (encore raté, décidément), j’ai même un avis très négatif sur cette pseudo science. Après ces nombreux ratés, on passe à ta critique de l’article.

    Je ne cherche pas à me démarquer, je propose une lecture des jeux matures en relevant une ligne de démarcation. Tu penses que c’est bidon ? Ok, pas de problème mais j’explique pour les autres, tu permets.
    Tu confonds mes objectifs avec tes visions en fait. Il n’y a aucune fierté là-dedans. J’adore les jeux « matures de surface » comme les jeux matures dans leurs propos. J’adore les deux. Et je ne banalise pas la violence ou quoi que ce soit, je distingue deux types de maturité. Nuance. C’est simplement une expression différente de la maturité si tu préfères.

    Tu dis « on s’en balance », non, « tu t’en balances ». C’est pas beau de se prendre pour le centre du monde mon gars. Et après, on me donne des leçons sur mon arrogance. Dis donc, c’est gonflé !

  5. Rigolard Says:

    Bonjour.

    Peut-être ne l’es-tu pas, mais tu donnes vraiment l’impression de DEVOIR expliquer au monde un grand nombre de choses qu’il ignore, mais que toi, ô grand sage, a compris depuis longtemps.

    Je ne sais pas, c’est sûrement à cause du ton et des phrases alambiquées que tu utilises. Un peu de simplicité ne ferait pas de mal à tes écrits, qui manquent aussi sûrement d’un peu de modestie.

    La conclusion, simplifiée je te l’accorde, de ton « analyse » TRÈS personnelle est que si le joueur n’a pas un minimum d’intelligence, il ne verra jamais qu’un jeu est profond (je te cite : « Vous pouvez très bien proposer un jeu mature à un joueur un brin limité, il ne verra pas en quoi le jeu est riche et adulte. ») En gros, les crétins ne font que survoler, ils pigent jamais rien à rien.

    Je terminerai sur ta comparaison littéraire. Tu penses réellement qu’un « lecteur médiocre » (notion vague au possible) ne ferait que perdre son temps à lire du Balzac ou du Camus (le pauvre, ça lui passerait tellement au-dessus !) ? Tout le monde a été un « lecteur médiocre » à un moment de sa vie (à 12 ans, par exemple…). Et comment un lecteur s’améliore-t-il selon toi si ce n’est par la pratique ?

    Et, au fait, tout le monde n’a pas forcément envie de réfléchir au sens d’un jeu comme GTA. Beaucoup cherchent simplement à… … s’amuser. Drôle d’idée avec un jeu, non ?

  6. alfoux Says:

    Aucun devoir ici, même pas de lire. Si le principe du site ne te plaît pas, tu peux t’en aller.

    La conclusion n’a rien de choquant. La culture est une histoire d’initiés, les non initiés passent à côté de tout ce qui fait l’intérêt, le sel, d’une œuvre. Point. L’initiation c’est la pratique, la réflexion et aussi une part de détermination. Nous ne sommes pas tous égaux. Tu n’es pas d’accord, très bien mais ça reste mon intime conviction.

  7. Lukira Says:

    je revient juste sur sa, ou est la liberté d’expression ?

    « Aucun devoir ici, même pas de lire. Si le principe du site ne te plaît pas, tu peux t’en aller. »
    -si les avis autre que le tien ne te plaise pas tu peux arrête de publié des article.

    « des leçons sur mon arrogance. »
    -on va dire que t’on égo nous laisse une grand ouverture

    outre cette « arrogance » un article plutôt bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :