Resident Evil 5 – La polémique continue

by

Resident Evil 5 fait de nouveau polémique, c’est dit. En effet les apôtres de la pensée unique et du politiquement correct font leur grand retour dans le jeu vidéo. Au pas de charge, ils viennent nous dire les sanglots dans la voix que ce dernier opus de la série contiendrait des « scènes limites ». Je crois qu’il n’y a plus qu’une chose à faire : « J’appelle la HALDE ! »

halde2_small

Capcom est allé trop loin !

I) Les prémisses d’une polémique à peine prévisible

Tout a commencé lors de la diffusion des premiers visuels du soft par Capcom. Mon Dieu ! Des noirs zombis que l’on tue, intolérable pour des associations communautaristes du type le CRAN. Bonnie Ruberg du magasine Village Voice disait en ce temps-là, « Soyez mordus, recevez une minuscule goutte de sang dans une plaie ouverte, et vous êtes finis. Bientôt, vous aussi serez porteur du virus des morts-vivants. Ca ne vous rappelle rien ? On pourrait tout aussi bien parler du SIDA, qui a tué 15 millions d’Africains et en a infecté 25 millions d’autres sur le continent. » », Sida = Virus transformant en zombi ? Pas mal, ça ferait un bon sujet « polémique » pour le prochain Roméro, le réalisateur qui aime bien utiliser dans ses films les acteurs noirs justement pour faire de la discrimination ultra-positive. On se souvient par exemple de La Nuit des mortsvivants où le héros, le personnage le plus noble quasiment christique, est un noir tandis que les blancs se cantonnent à des rôles de grands lâches ou d’incompétents. Passons.

Donc connaissant l’épidémie du Sida qui a tué des millions d’africains, et contaminé des millions d’autres gens, on ne devrait pas faire un jeu sur des zombis noirs ? Un raisonnement pour le moins étrange. Des cas de peste et de maladies bien terribles dévastèrent l’Europe à de nombreuses reprises les siècles précédents, et donc l’Espagne. Pourtant faire un Resident Evil 4 dans un village espagnol ne posa pas le moindre problème ? On dira que tout cela est bien plus ancien et donc moins important, seul le sang frais aurait de la valeur apparemment. En même temps dans une société de la communication comment ne pas oublier son passé ?

figure-6-resident-evil-4-monster

Ce village sent l'inceste à plein nez

Autre réaction de l’époque, mémorable également, cette phrase issu du blog Black Looks, « Resident Evil 5 est problématique à bien des égards, notamment sur sa description des hommes noirs comme des sauvages inhumains, le meurtre de populations noires par un homme blanc en tenue militaire. ». Et la vision d’espagnols grimés en ploucs bavant et sentant la paëlla à plein nez, elle est pas honteuse peut-être ? Et celle d’américains beaufs, brutaux et portant des chemises à damiers ça vaut bien un procès d’SOS Racisme à Capcom ! Je n’y comprends plus rien que voulez-vous, à croire que certains défendraient les leurs dans des élans tribaux en faisant fi de toute intelligence.

II) Communautarisme, tribalisation et mauvaise foi

Le problème dans ces réactions c’est l’attitude racialiste de certaines communautés et de certains intellectuels bien-pensants. Vous savez ces gens combattant l’idée de race mais tout en défendant celle qu’ils jugent être la leur. Ce qui est désolant dans cette polémique c’est de voir que certains sujets sont minés, que certains peuples intouchables alors que d’autres sont les Jésus de notre époque. De vraies victimes. Le blanc peut revêtir leur rôle du sacrifié, du dégueulasse, du cupide,  de la bête. Mais le noir ou l’arabe, pas pensable. Ce serait soulever les foudres des bien-pensants et des communautaristes de tous poils. Les juifs n’en parlons même pas. Il y a vraiment derrière tout cela une politique du « Touche pas à mon pote » qui peut écœurer le citoyen lambda dont le cerveau fonctionne encore malgré les sévices causés par La Roue de la lortune.

00757990-photo-victoria-silvstedt-sur-le-plateau-de-la-roue-de-la-fortune

"Regarde mes nibards et laisse-toi faire mon garçon"

Et puis, sans même ces attitudes et ces manipulations de fond de cour, n’oublions pas qu’il s’agit d’un jeu et un jeu de zombis qui plus est. On tue des zombis à la pelle pour sauver sa peau, point. Certains diront que la différence entre un zombi et un noir non infecté dans le jeu est trop faible. Mais elle existe pourtant, on voit bien qu’il s’agit d’un zombi et non d’un être normal. Peut être aurait-il fallu mettre des pancartes au cul des monstres pour savoir s’il est possible de tuer ou pas la bestiole. Si je risque un procès ou non en tirant sur ce personnage numérique.

Et puis, en se plaçant sur le terrain de la vraisemblance, n’oublions pas non plus qu’il est logique de voir des noirs zombis en Afrique. Si les zombis étaient asiatiques ça aurait été un peu étrange quand même, je n’image même pas si on avait pu tuer des blancs sur ce continent : le Néo-colonialisme auraient dit certains.

Bref, une nouvelle polémique qui s’ajoute à la liste de celles déjà traitées sur ce site. Une polémique qui illustre une fois de plus que le jeu vidéo est au fond très moral contrairement à ce que certains disent. Après, il ne reste plus qu’à savoir la morale de qui…

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

5 Réponses to “Resident Evil 5 – La polémique continue”

  1. Néant Says:

    En y réflechissant bien, Capcom a zombifié tout le monde, enfin presque tout le monde. Et les asiates ? Peut être pour RE 6. Il manquera encore les Indiens / Pakistanais et les Arabes / Maghrébins pour mettre tout le monde d’accord. L’endroit le plus cool ça serait quand même en Sibérie, genre Vladivostok. Au passage, ils pourraient aussi caser des Inuits… L’ambiance glaciale. Et ça permettrait un véritable retour aux sources, un huis-clos à la The Thing. CA, CA SERAIT COOL. Je vois d’ici les traîneaux tirés par des Husky, les parkas oranges et les soucoupes volantes encastrées dans la glace depuis 60 millions d’années… SORTEZ NOUS UN THE THING NEXT GEN !!!

  2. Cosmic Says:

    « Il y a vraiment derrière tout cela une politique du « Touche pas à mon pote » qui peut écœurer le citoyen lambda dont le cerveau fonctionne encore malgré les sévices causés par La Roue de la lortune. » ——- en soulignant bien entendus, que le citoyen lambda qui a un cerveau et qui est écoeuré, peu également être noir ou blanc ou autre …

  3. alfoux Says:

    Non en ne soulignant pas justement puisque le mot de « citoyen » est un terme universel, englobant, il sous-entend ce que tu dis sans le dire et c’est en cela qu’il est préférable à mon goût. Point de racialisation du discours, j’espère d’ailleurs que le dégoût pour cette polémique est partagé par le plus grand monde possible (peu m’importe sa race ou sa couleur de peau).

  4. Néant Says:

    Comme toujours dans ces affaires, la polémique est lancée par les lobbies politiques et point par le citoyen ni le joueur, qui eux se fichent royalement de l’éthique virtuelle.

  5. Glorfindel Says:

    non mais sans déconner c’est sans fondement cette polémique. Dans RE 1,2,3,4 etc et pleins de jeux les méchants sont des blancs et même parfois l’église catholique sans parler du nombre de jeux ou les méchants sont de vilains terroristes musulmans et la, personne est choqué, mais dès que on touche à une minorité tout le monde cri au scandale. Alors que les principes démocratiques, républicains d’égalité et d’équité de traitement voudraient que ce débat n’existe pas, tout le monde à la même enseigne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :