Focus – Shaq-Fu

by

C’est une vieille idée qui nous trotte dans la tête depuis quelques temps, faire un grand et vaste dossier sur les jeux de baston. Je me lance donc dans cette longue et laborieuse entreprise en vous présentant le premier focus de ce titanesque dossier. Un premier focus qui, je dois l’admettre, commence bien mal puisqu’il s’agit de présenter Shaq-Fu dans sa version Super Nintendo. Autrement dit un des pires jeux vidéo que l’industrie a pondu en une trentaine d’années d’existence.

00

"Elles sont où mes royalties ???!!!"

I) L’origine et la sale réputation

Shaq-Fu fait quasiment figure de mythe aujourd’hui. On le considère bien souvent comme l’un des pires jeux vidéo de tous les temps. La charge est lourde. Méritée ? Plutôt oui. Shaq-Fu n’a pas grand-chose pour lui le pauvre, il croule la plupart du temps sous les imperfections et autres ratés. Et pourtant à l’origine du projet on retrouve Delphine Software, les petits gars qui ont pondu Flashback et Another World. Du lourd, du très lourd et des français surtout. Sauf que là, on ne pourra pas se féliciter de la filiation tricolore qui nous lie à eux. Pour faire vite, Electronic Arts leur demande de réaliser un jeu de baston pour leur compte. L’époque est à la baston; Mortal Kombat, Street Fighter, King of Fighter et j’en passe…il y en a une tripotée sur le marché et ceux que je viens de citer sont le haut du panier. EA veut donc son jeu, logique.

Le choix de Delphine Software est un peu étrange, ils n’ont pas réalisé de jeu de combat par le passé et donc c’est une grande première. L’autre élément étrange de cette douloureuse équation, c’est le choix du personnage principal car il y en a un. Shaquille O’Neal, le basketteur. Je ne suis pas très pro-basket mais à l’époque je le connaissais, comme je connaissais Michael Jordan. Il faut dire que j’avais un cousin, un peu limité le pauvre, qui avait accroché dans sa chambre des posters grandeurs natures (ça se faisait beaucoup à l’époque) et donc je voyais à quoi ressemblait le bonhomme.

BASKETBALL/

"Où est mon putain de manager ?!"

Bref Shaq-Fu se traîne une sale réputation. Preuve en est, en juin 2007, Game Informer classe le jeu comme la dixième « pires idées de jeux à licence (de tous les temps)« . Rude. Le même mois, ScrewAttack lui donne la première place dans son top des pires jeux de combat jamais sortis. Gametrailers participera également à la curée en le positionnant quatrième dans le top 10 des « meilleures et pires jeux vidéos« . Très rude tout ça.

II) Des qualités ?

Si on cherche des qualités dans Shaq-Fu croyez moi on peut en trouver quelques-unes, en grattant bien évidemment. Déjà l’idée de la carte, un bon point. Votre personnage, Shaquille, se ballade sur une carte et peut ainsi se déplacer librement pour aller d’arène en arène et botter les fesses des méchants. L’idée de la ballade est amusante comme la possibilité de pouvoir combattre en premier tel adversaire pour ensuite enchaîner avec tel autre. Malheureusement, le libre arbitre n’en est pas vraiment un puisque bien souvent il faut battre tous les combattants d’une zone pour accéder à la suivante.

prince

Un combat épique !

Autre bon point, l’animation. Globalement de bonne qualité, les personnages se mouvent avec réalisme et moult détails. C’est à peu près tout ce que l’on peut sauver du jeu.

III) Des défauts en pagaille

En fait Shaq-Fu est un peu l’héritier des nanars au cinéma. Mauvais, il en devient finalement drôle et amusant tellement le soft ne cesse de choir au fur et à mesure des combats. Le scénario est à mourir de rire (si on a un humour bien développé évidemment). Je vous résume la chose. Shaquille se ballade pépère dans les rues de Tokyo car le bonhomme a un match de basket caritatif un peu plus tard dans la journée (c’est un héros quand même) et donc histoire de passer le temps notre basketteur ne va pas aux putes mais préfère se promener dans les quartiers typiques de la ville. Des quartiers tellement typiques qu’on les dirait issus des Gremlins, c’est l’époque qui veut ça. Imaginez si aujourd’hui on faisait un nouveau Shaq-Fu, on surferait peut être sur l’incroyable succès de Bienvenue chez les ch’tis et Shaquille se baladerait tranquillement dans les rues de Bergues avant de tomber sur une vieille baraque à frites et fracasser du crâne de ch’tis. L’horreur !

Ainsi Shaquille se retrouve dans un dojo japonais et est bientôt embarqué par le gérant, un vieux sage asiatique (comme dans les Gremlins), qui lui parle de monde parallèle, d’un petit garçon nommé Nezu kidnappé par Sett-Ra une momie maléfique. Shaquille dit ok, « je vais sauver le gosse », lui qui n’est qu’un basketteur et non un glorieux combattant. Ne cherchez pas la logique c’est un placement produit il faut juste subir et ne pas comprendre.

vieusage

"Plagiat ? Pourquoi tu dis ça ?"

Après le scénario nanardisant, il faut dire que les combattants sombrent eux aussi dans le nanar. Les bougres ne ressemblent à rien, on sent bien une influence lointaine de-ci de-là mais surtout une esthétique douteuse et un charisme absent. C’est ainsi que Shaquille se retrouve à botter les fesses d’un faux prince de Perse, d’une espèce de femme-tigre ou d’un type tout rouge tellement il est en colère. C’est terrible. !

Mauvais scénario, personnages lamentables. C’est bien mais pas assez. Les autres critiques se feront au niveau du nombre de combattants (que 7 pour la version Snes, 12 pour la Megadrive), assez maigre tout ça, mais c’est surtout le système de combat qui mérite des pierres. Point de combos ni d’enchaînements rapides, dans Shaq-Fu il faut être tactique, enfin on essaie. Le problème c’est que les collisions sont un peu aléatoire, que l’IA n’est pas brillante, que la variété des coups est faible, que les coups spéciaux sortent difficilement et qu’au final on se retrouve à faire toujours la même chose pour gagner.

IV) La fin de Paul Cuisset

Le grand manitou derrière ce projet calamiteux n’est autre que Paul Cuisset. Les plus jeunes ne le connaissent pas mais Paulo c’était quand même un bon à l’époque, la fierté française comme Raynal, Chahi et compagnie. Flashback, Croisière pour un cadavre ou encore les Voyageurs du temps c’est lui. Une grosse pointure. Il faut bien l’admettre Shaq-Fu l’a achevé. Après ça Paulo n’a plus fait grand chose. Des jeux de motos et d’autres productions mineures.

Paul travaille actuellement sur un jeu de course pour la Wii, à ce que l’on dit « révolutionnaire« , je suis sceptique. Autre projet récent, déjà sorti lui,  c’est Mister Slime, un jeu DS empruntant à Locoroco, Yoshi Island et compagnie. Au final un jeu moyen avec un level-design fade et une redondance incroyable de l’action. Paul a peut être perdu de sa superbe avec Shaq-Fu, le pauvre. Mais je ne suis pas mauvaise langue et j’espère encore que Cuisset reviendra en forme rapidement car le monsieur est un dinosaure et j’aimerais voir ce que le bougre peut encore donner aujourd’hui.

mrslds034

Paul...pourquoi ?

 

V) Shaq-Fu, la machine s’emballe

Ce focus touche à sa fin, il ne me reste plus maintenant qu’à vous proposer le jeu en intégralité (pas bien long) mais avant ça, dernière petite note. Shaq-Fu reste et restera un symbole, non pas comme un bon jeu, peut être comme un très mauvais jeu mais surtout comme le moment où toute une industrie commençe à s’emballer. A sortir des productions qui ne sont plus motivées que par l’argent et le placement produit, Shaquille en est le parfait exemple. C’est donc ce moment précis qu’illustre ce jeu, la machine s’emballe. L’argent attire l’argent et on décide, par l’entrecroisement de contrats de tous genres, de monter un jeu improbable dont on sent les limites du temps de développement et les conditions commerciales drastiques. Un domaine artistique qui devient d’un coup une grosse industrie. Heureusement, il y a une justice en ce bas monde car le jeu a fait un flop retentissant. Accueil critique douloureux et surtout des ventes qui ne décollèrent jamais. Malheureusement l’industrie ne retient pas la leçon et les jeux médiocres tirant sur de grosses ficelles commerciales sont encore légion aujourd’hui. Il n’y a qu’à penser à Bienvenue chez les ch’tis de Mindscape, tout simplement honteux.

supporter

Les images inédites du film de Dany Boon !

Shaq-Fu restera peut être encore un peu dans nos mémoires pour toutes ces raisons mais également  grâce au mythe que certains entretiennent autour de lui. Il existe un site, Shaq-Fu.com, qui s’est fixé comme mission de détruire toutes les cartouches du jeu pour effacer de la mémoire collective cet affront. Amusant, non ?

 

Le jeu en entier

Le final

 

 

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

Une Réponse to “Focus – Shaq-Fu”

  1. Timorite Says:

    Très exagéré cet article, Shak-Fu n’est pas un si mauvais jeu. Il a une maniabilité bizarre mais une fois qu’on y est habitué ça devient sympa sans être extra-ordinaire. En tout cas c’est loin d’être un des moins bons jeux de tous les temps, ni même un des moins bons jeux de combat, j’en connais des tonnes de bien pire.

    Il y a même certains de ses aspects qui sont mieux réalisés que la moyenne des jeux du genre, comme les graphismes et l’animation. Les personnages ont un certain syle et quelques coups originaux. D’ailleurs à mon avis c’est pour ça que certains sont tellement déçu, c’est qu’à côté de telles qualités ses défaut sont d’autant moins acceptés.

    Bref, Shak-Fu n’est certainement pas un mauvais jeu, mais déçoit sur certains aspects.

    Si je peux me permettre une petite critique à l’auteur de l’article, il faut essayer de laisser aux choses leur proportions. Si on est à ce point dans l’exagération ça enlève au sujet tout son intéret, à moins de faire volontairement dans l’humoristique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :