Annonce Wii : un nouveau Draque, oula !

by

"Je suis Bulma, et moi... nan ?!, heu... Dulagone Kuessute, la belle princesse paysanne, ouai c'est ça !"

"A gauche, Ping était la pute personnelle du grand leader Pol-Pot, Pong à droite est au chômage, elle suçait que les américains, et moi ben... je fais pousser du riz pour le Vietminh"

Ca y est, Square  Enix – Squix pour les intimes – vient d’annoncer le dixième épisode de sa série Dragon Quest sur Wii. L’annonce du neuvième volet sur DS avait déjà provoqué un tollé chez les possesseurs de Playstation 3. Faut dire que la dernière console de Sony perd toutes ses licences une par une.

Donc, après le portage de Final Fantasy 13 sur Xbox 360, après l’exclusivité (temporaire sûrement) de Star Ocean 4 toujours sur Xbox 360, ainsi que les multiples « petits RPG » absents de la Playstation 3, c’est au tour de la licence Dragon Quest de multiplier les infidélités. La série fut en effet réservée aux consoles de salon Playstation pendant deux générations, soit près de 7 ans, avec la sortie de l’épisode 7 en 2000 sur PSone, d’innombrables remakes, l’épisode 8 en 2004 sur PS2 et enfin le retour chez Nintendo en 2007 avec Dragon Quest Swords sur Wii.

Pourtant, pour qui connaît un peu la série, pour qui y a joué plus d’une heure, le choix de la plateforme non HD et ultra casual Wii est somme toute logique. En effet, qu’est Dragon Quest sinon le jeu de rôle japonais le plus grand public, loin devant la série Final Fantasy, avec des ventes records au Japon (au moins 40 000 000 de ventes). Le choix de la plateforme la plus populaire était donc normal, comme ce fut le cas à l’heure de la PSOne et de la Playstation 2.

"C'est quoi cet univers débile avec des rats partout. Luke, sauve-moi de là !"

"C'est quoi cet univers débile avec des rats partout. Luke, sauve-moi de là !"

De manière plus formelle, le dernier et huitième épisode sorti sur Playstation 2 profitait de graphismes en Cell Shading et d’un style cartoon (le designer attitré de la série étant Akira Toriyama, plus connu pour sa série Dragon Ball). Bien qu’ayant baigné durant toute mon enfance dans la série Dragon Ball et sa suite DBZ, il faut reconnaître que Monsieur Toriyama ne sait pas vraiment se renouveler. Il y a bien plus qu’une « patte » graphique entre l’univers d’un Docteur Slump (son premier gros succès manga), d’un Dragon Ball, d’un Dragon Quest ou d’un Blue Dragon : les personnages se ressemblent tellement (ce sujet fera l’objet d’un article ultérieur) qu’on en viendrait presque à croire que le millionnaire du manga ne fait que customiser des modèles standards selon des thèmes caractériels depuis plus de 20 ans. Ce qui a pour effet de créer une impression de déjà-vu troublante à l’approche d’un nouvel épisode de Dragon Quest, avant qu’un sentiment d’ennui profond ne prenne place devant le peu de personnalité des personnages, leur individualité étant fortement réduite par la montagne d’êtres similaires les ayants précédés, et surtout devant un univers qui semble se répéter à l’infini. 

La série Final Fantasy, malgré les critiques qu’elle essuie, parvient néanmoins à se renouveler suffisamment entre chaque épisode afin d’éviter ce phénomène.

"Je veux le nom du traître qui a remplacé les boules de cristal par des rats"

"Je veux le nom du traître qui a remplacé les boules de cristal par des rats"

Cela étant dit, il est évident que la Wii est actuellement la console la plus apte à supporter le Cell Shading, de par sa résolution plus proche d’un dessin animé diffusé à la télé, et qui réussit à aplatir le dessin contrairement à la trop grande impression de relief et de 3D des jeux HD utilisant le Cell Shading. C’est un point non négligeable qu’un jeu tel que Eternal Sonata fait davantage dessin animé sur une télé cathodique que sur une télé HD, de même qu’un jeu comme Les Simpson.

Enfin, là où Dragon Quest, de par son peu d’épisodes sortis en Europe, ne lasse pas encore, c’est bien concernant son gameplay archaïque. La série est en effet reconnue pour ne pas s’être trop compromise avec le temps, et pour avoir gardé le même système de combat au tour par tour depuis ses débuts. Sympathique durant les premiers combats, ce système s’avère pourtant d’une répétitivé infernale, plombé d’une part à cause des innombrables scripts et animations obligatoires, et d’autre part à cause de la faible dimension tactique permise.

"Je suis le méchant et je suis très très vilain"

"Je suis le méchant et je suis très très vilain"

Il va de soi que le neuvième volet sur DS conserve ces fondamentaux (univers déjà-vu et gameplay répétitif au possible) et il ne serait pas étonnant que Square-Enix ne chamboule rien pour l’épisode Wii qui s’annonce déjà comme le jeu tiers majeur de la console à côté de Monster Hunter Tri

Nul doute qu’il se vendra à plusieurs millions d’exemplaires au Japon, et son développeur serait bien bête de changer une formule, certes lassante, qui fonctionne toujours autant commercialement.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :